06 13 79 63 52 contact@lucilevignon.com

Deux méthodes pour savoir ce qui est bien pour nous. La première est externe (éducation, religion, avancées scientifiques etc) et la seconde interne. L’une s’adresse au mental et l’autre ouvre une autre dimension, plus humaine, plus proche de son ressenti et de son inspiration.

Comment savoir ce qui est bien pour nous ?

La première est assez connue et utilisée depuis très longtemps : c’est de trouver une réponse externe et plutôt dans le mental. Il y a plusieurs possibilités pour y arriver :

  • Il y a d’ailleurs des aides externes qui deviennent internes comme l’éducation, ce que nous enseignent nos parents.
  • Le choix de la religion, d’une religion. ça peut dépendre de nos parents ou être un choix beaucoup plus personnel. Les religions apportent donc des réponses.
  • Un troisième aspect, très à la mode actuellement, est ce qui a à voir avec la science, les techniques, le culte de la médecine.

On va trouver de cette façon des réponses à l’extérieur de nous : chez le médecin etc.

La deuxième méthode, ( même si l’une n’empêche pas l’autre) : essayer de trouver la réponse en nous-même. Alors d’abord, c’est un acte courageux parce qu’il nous fait passer un cap, il nous fait sortir du mental. C’est à dire que, l’on n’a pas les mêmes références. C’est une réponse qu’on va essayer de trouver dans son cœur ou par inspiration.

ça ne  nous empêche pas de consulter, d’aller sur internet, consulter des personnes, etc. Mais on va placer notre inspiration, c’est à dire ce que l’on ressent, en premier et ensuite,  essayer d’aller dans le sens qui nous est inspiré.

Je vous encourage à essayer la seconde, même si elle parait plus périlleuse parce que c’est celle, peut-être, qui vous permet d’être plus connecté à vous-même, d’avoir une estime de vous beaucoup plus grande, et à partir de ce moment-là, de vous élever, d’être vraiment la meilleure version de vous-même, de vous faire confiance.

C’est comme mettre un pied dans le vide du mental. C’est à dire de passer à quelque chose qui est un peu d’un autre ordre. Alors si non, il y a toujours la première méthode mais que ce soit pour l’éducation, les religions et les avancées, elles ne sont pas exemptées de grandes catastrophes. Si l’éducation était parfaite, si les religions étaient parfaites et si les avancées des connaissances étaient parfaites ça se saurait, puisque beaucoup de personnes ont souffert de l’éducation, je ne parle même pas des religions et aussi des découvertes scientifiques, Galilée a du mourir  à ses idées n’est-ce pas ?

On peut peut-être essayer la deuxième méthode. Voilà je vous embrasse, je vous souhaite d’essayer cette deuxième méthode qui vous rendra encore plus humain et qui vous rapprochera de la meilleure version de vous-même et surtout qui ne vous séparera pas, par le mental des autres : il n’y aura pas de sentiment de supériorité ni d’infériorité d’ailleurs.

Et si on essayait d'être heureux ?

Entrez votre prénom et adresse mail pour téléchargez 21 vidéos qui vous aideront à trouver le Bonheur !

Merci !